LOGISTIQUE MUTUALISÉE : QUELS GAINS POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ ?

Restructuration des hôpitaux, délocalisation de la production des médicaments, boom de l’e-santé, essor des pratiques écoresponsables…Dans un marché en pleine mutation qui s’ouvre et se diversifie, les réseaux de santé se réorganisent pour faire face aux évolutions et garder la maitrise de leurs coûts.

Conscients que la logistique est devenue un élément clef dans la course à la performance, les organismes de santé cherchent de plus en plus à optimiser leur Supply Chain dans une logique de mutualisation dès que cela est possible. Tout l’enjeu est de minimiser les dépenses sans altérer la qualité des soins délivrés aux patients.

Pourquoi les professionnels de la santé ont tout à miser sur la mutualisation de leurs flux ?

 

1. La santé : un marché mouvant, propice à la mutualisation

Avec 135 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT), 4000 sites de prélèvements, 271 sites pharmaceutiques, et près de 1500 entreprises issues du Med Tech, le secteur de la santé en France est un marché dynamique qui représente 21% du PIB national.

data-LeemEt ce marché ne cesse d’évoluer ! Avec le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques, le renforcement de la télémédecine et la consumération des soins, la filiale santé est challengée de tous côtés. Dans un contexte ultra-concurrentiel, l’expérience opérationnelle devient impérative.

Laboratoires pharmaceutiques, dépositaires, grossistes répartiteurs, établissements de santé publics et privés, laboratoires de biologie médicale, pharmacies, fabricants de matériels et dispositifs médicaux… Tous ont compris la nécessité d’une gestion des flux plus flexible et plus efficace en terme de coûts pour gagner en performance et en compétitivité.

En effet, dans des métiers où la qualité des soins apportés au patient est centrale, les enjeux s’expriment en termes de délais d’acheminement, de respect des règlementations, de garantie de la chaîne du froid, mais aussi en termes de productivité et de compétitivité. Pour relever tous ces défis, la Supply Chain joue un rôle déterminant, car seuls les acteurs qui s’appuieront sur des chaines d’approvisionnement agiles et performantes pourront faire face aux évolutions des pratiques et rester leader sur leur marché.

2. Quelles solutions mutualisées ?

La mutualisation des stocks et des flux rime avec économie. Le secteur de la santé accuse pourtant un retard : Plusieurs enquêtes* montrent que les coûts logistiques de la filière sont comparativement plus élevés que dans d’autres industries, qui ont pris plus tôt le pli de l’optimisation. Un manque à gagner lorsqu’on sait que la plupart des flux de médicaments, vaccins, sérums, consommables, réactifs ou de prélèvements s’avèrent mutualisables et transportables à moindre coût, dans le respect des cahiers des charges clients et des normes de santé publique.

Dans les établissements de santé publics et privés : les possibilités d’optimisation sont nombreuses. Les grands acteurs (Groupements Hospitaliers de Territoires, groupements de cliniques, centres de soins, EHPAD…) regroupent en leur sein de multiples établissements, qu’il est nécessaire d’approvisionner tous les jours, en produits divers. Pour limiter les coûts logistiques, ces acteurs choisissent le plus souvent de centraliser leurs stocks sur une plateforme unique et d’alimenter l’ensemble de leurs structures au départ de celle-ci. Pour fonctionner de manière optimale, cette organisation doit s’appuyer sur un service de livraison disponible 27/7, rapide, mutualisé et tracé.

Les géants de la pharma cherchent de plus en plus à massifier et à mutualiser leurs flux en s’appuyant sur des prestataires logistiques capables de répondre à toutes leurs exigences (traçabilité, géolocalisation, fret international…). À l’instar des grands industriels, nombre d’entre eux ont opté pour une organisation simple et économique, basée sur 1 ou 2 stocks centraux, nationaux ou européens, et ont adopté dans le même temps une logistique du Just-In-Time qui permet de répondre aux demandes d’approvisionnement de leurs clients, tout en évitant les excès ou les ruptures de stocks.

Pour les professionnels du MEDTECH, la logistique est tout aussi capitale, que ce soit lors des étapes d’acheminement et d’installation des matériels et automates médicaux, qui nécessitent soins et précaution, ou lors des opérations de maintenance ou de réparation, qui exigent une mise à disposition des pièces de rechange, au plus vite, au plus près et à moindre coût. Faire appel à un logisticien qui dispose d’un réseau de distribution puissant et mutualisé permet donc de réduire les délais d’intervention et limite le temps d’immobilisation des appareils.

Les laboratoires d’analyses en anatomocytopathologie qui acheminent chaque jour des prélèvements vers leurs plateaux techniques ou des kits de prélèvements vers les infirmiers peuvent également envisager une mutualisation de leurs flux, en bénéficiant de tournées mutualisées : les horaires de passage restent prédéfinis et sont respectés à la lettre ; simplement, ils disposent ce faisant de tarifs plus compétitifs. Au niveau des approvisionnements, travailler avec un opérateur doté d’une plateforme de picking/kitting et d’un réseau de distribution mutualisé permet de collecter les produits en fin de journée et de les livrer dans la nuit. Ainsi, les kits de prélèvements seront à disposition des infirmiers, tôt le matin avant leurs tournées. Et les prélèvements pourront être analysés dans la nuit ou dès la première heure le lendemain matin avec des rendus de résultats d’analyses plus rapides.

3. Quels bénéfices concrets ?

En misant sur la mutualisation de leurs stocks et de leurs flux, les professionnels de santé cherchent à optimiser leur organisation et leurs coûts logistiques, avec à la clé une économie substantielle pouvant atteindre 20%.

Nous l’avons dit, beaucoup d’industriels ont choisi de centraliser leur stock et ont opté pour un système de réapprovisionnement « on demand ». Ce modèle permet de libérer du foncier supplémentaire et de réaliser des économies sur les besoins en fonds de roulement. En effet, les hôpitaux et les industriels ne sont facturés que lorsque la marchandise quitte l’entrepôt. Les cliniques, par exemple, souvent situées dans des zones où le mètre carré est cher ont donc tout intérêt à stocker leurs produits dans des zones où le foncier est moins coûteux.

Dans l’industrie pharmaceutique, des exemples concrets de mutualisation se sont mis en place. Le pooling (gestion mutualisée des approvisionnements) s’est d’ailleurs généralisé aux laboratoires pharmaceutiques avec des expériences réussies dans la livraison de médicaments. Les avantages sont nombreux : meilleur taux de remplissage des camions, réduction des émissions de CO2, diminution des risques de ruptures de stock pour le client, économies d’échelle. Seule contrainte : les produits transportés se doivent d’être compatibles et destinés aux mêmes réseaux de distribution.

Enfin, la mutualisation aide à décarboner les activités liées au transport des produits : plus un réseau de distribution est puissant et mutualisé et plus le bilan carbone par produit transporté est faible. La densité du réseau de votre prestataire en termes de nombre de stops réalisés par jour (collecte ou livraison) est donc un indicateur à observer.

4. Pour mutualiser, mieux vaut être accompagné

Mutualiser ses stocks et ses flux ne s’improvise pas. Pour repenser son organisation logistique, il est impératif d’être bien accompagné et de choisir le prestaire logistique idoine. Il est notamment indispensable de pouvoir s’appuyer sur un réseau de distribution dense et mutualisé et de disposer d’une offre de services urgents complète et modulaire, adaptée à la criticité de chaque situation. Ce corollaire est la condition ultime pour garantir à vos établissements et/ou patients une distribution et un réapprovisionnement rapides et fiables, y compris à partir d’une plateforme centrale.

Qu’ils s’agissent d’essais cliniques, de prélèvements biologiques, de greffons, de produits pharmaceutiques ou de médicaments, les professionnels de santé doivent pouvoir bénéficier d’une supply-chain performante, tracée et adaptée à la typologie de leurs produits.  Le choix de l’opérateur logistique s’avère en cela crucial : De la course dédiée à la tournée mutualisée, en passant par les prestations de stockage, emballage, picking/kitting et reverse logistics, il devra être en capacité de délivrer une prestation logistique « tout-en-un », dans le respect des réglementations et des normes de santé publique, qui soit gage d’’efficacité économique et énergétique.

Partagez cet article sur :

Nos derniers articles