Le transport ferroviaire entre la Chine et l’Europe se développe

Moins cher que le fret aérien, plus rapide que le fret maritime et de surcroit plus écologique, le train représente une véritable alternative pour les opérations d’importation en provenance de Chine, notamment pour les marchandises à forte valeur, dont la rapidité de mise sur le marché (time to market) représente un enjeu commercial important.

 

Une initiative chinoise

Développement de nouvelles voies d’accès, modernisation d’installations, rachat d’aérogares de fret dans l’océan indien, la mer Méditerranées, et l’océan Atlantique, acquisition de terminaux portuaires en Europe (Zeebruges, Le Pirée, Notaum, ..), le projet  des nouvelles routes de la soie « Belt & Road Initiative »,  souhaité par le président Xi Jinping pour désenclaver certaines régions chinoises et développer le transit de marchandises entre la Chine, l’Asie, l’Europe et l’Afrique se chiffre en billions de dollars.

Le fret ferroviaire est au cœur même de chantier titanesque, qui repose sur la construction d’un important réseau d’infrastructures de transport (autoroutes, ponts, tunnels, voies ferrées). Depuis 10 ans, le développement du transport ferroviaire a en effet permis de mailler le territoire chinois et de multiplier les destinations en Europe de l’ouest : Pologne, Allemagne, Angleterre, Espagne et France.

En 2018, le trafic ferroviaire sur l’axe Chine-Europe représente 5000 convois/an.

Le rail, une alternative de plus en plus recherchée

La logistique est devenue un élément clé de la performance des entreprises : Confronté à une double obligation de continuité de service (ou de production) et de compétitivité, les importateurs européens se doivent d’évaluer très précisément le rapport coût / délai le plus adapté à leurs flux, tout en prenant en compte leur empreinte carbone sur l’environnement.

A cet égard, la solution ferroviaire entre l’Europe et la Chine présente de nombreux avantages :

  • La fréquence des départs/semaine reste un atout déterminant par rapport au transport maritime :
  • Avec un transit time moyen de 20 jours door to door, le délai d’acheminement par voie ferroviaire est environ deux fois plus court que celui proposé par le transport maritime, soit 30 à 35 jours selon les ports chinois de départ pour rallier l’Europe, auxquels il faut ajouter le pré et le post acheminement par route.; ce délai pourrait même être ramené à une dizaine de jours, moyennant l’harmonisation des infrastructures des différents pays traversés tout au long des 11 000 km de trajet : Allemagne, Pologne, Ukraine, Russie, Kazakhstan, Mongolie, Chine.
  • Autre atout en faveur du rail, les délais de manutention au départ comme à l’arrivée sont nettement inférieurs à ceux du fret maritime, ce qui accélère le transit time d’autant.
  • Fiable car non soumis aux aléas de la circulation ou aux intempéries, le transport ferroviaire permet également l’acheminement de grandes capacités ; un train complet permet en effet de transporter jusqu’à 50 containers et facilite les expéditions de plusieurs tonnes, à des prix modérés.
  • Enfin, le transport ferroviaire reste le mode de transport le plus écologique, loin devant le transport aérien, même si l’écart avec le maritime reste modéré (de l’ordre de 7% de réduction d’émission de CO2 pour l’acheminement d’un container de 40 pieds depuis Shanghai).

Ces nombreux atouts séduisent de plus en plus les industriels qui y voit la possibilité de développer un mode de transport responsable, tout en améliorant leur time to market. La rapidité de mise sur le marché des produits de forte valeur représente aujourd’hui un enjeu commercial capital, notamment pour les secteurs high-tech, automobile, machinerie et équipement industriel, luxe ou mode. Elle est également déterminante pour les industries contraintes par des salons sectoriels ou des marchés saisonniers.

 

STERNE, pour un transport responsable 

Au niveau environnemental, le Groupe STERNE plaide pour un transport responsable et cherche par tous les moyens à réduire son empreinte carbone. Aussi STERNE développe depuis plusieurs années des mesures telles que la réduction des kilomètres parcourus, la mutualisation des flux, le renouvellement des véhicules par des modèles hybrides, électriques et aux normes Euro 6, et le recours à des modes de transports écologiques tel le transport ferroviaire.

Ce transport par rail fait partie intégrante de son offre de services, et est systématiquement proposé aux prospects et clients réalisant des opérations d’import d’export avec la Chine.